Malgré notre prolongation de mi-temps traditionnelle, le match était plus qu’à portée, il suffisait d’un rien, mais ne soyons pas trop sévères, nous encaissons le bonus et sans ce deuxième essai girondin entaché d’un en-avant de deux mètres, qu’étrangement dégun n’a vu, on se ramenait la victoire.

Ce qui m’amuse, se sont les discours, les commentaires qui abondent dans la banalité et dans le sens arbitral, mais n’en demandons pas trop tout le monde doit gagner sa croûte et peut-être n’avons-nous pas la même manière de vivre le rugby, chez nous une passion, pour d’autres une occupation juteuse.

Bien, j’ai achevé mon petit coup de gueule, cette fois avec le sourire, les minots ont fait le boulot, notre mêlée a confirmé ses réels progrès malgré les blessures, espérons-le légères de notre ligne de front, le capitaine a une pêche grosse comme un melon, notre banc est toujours en bois précieux, les jeunots vont bien, les nouveaux paraissent dans le bain, les escagassés vont mieux et commencent à pousser la porte des vestiaires, c’est pas bonard ça !!!

À un chicou près  on se faisait une fête arrosée au rosé de chez nous qui est en train de prendre de la bouteille et des étiquettes à médaille, mais soyons beaux joueurs et trinquons à ces lendemains qui nous font déjà rêver, allez on le lève le verre de Bordeaux…
 

(Bordeaux-Bègles - Toulon)