L'Edito de la Semaine

On parle de quoi ?

Pas de politique, de météo, du ballon rond, des mangeailles trop salées ou trop sucrées, des embouteillages, non, disons que tout cela fait partie des banalités de la vie quotidienne mais sûrement pas de nos passions, de ce qui nous gonfle la veine pétoise, qui nous refile des estubades palpitatoires en nous faisant renifler ce parfum qui nous embaume les naseaux toute l’année.

Alors pour ne rien oublier pendant ces vacances pas bien désirées, si on se disait deux mots tranquillement assis dans un coin de la salle à manger, ferme les yeux, dans un coin de Bonnus.

Hélas on se la marronne encore cette demi-finale, je crois que comme moi tu as mal digéré le coup, le sifflet de l’autre chiapacan nous est resté en travers de la gargamelle, s’il pouvait s’attraper la cagagne avec les bras courts celui-là, enfin ne remuons plus le suppositoire dans la particule, c’est heureusement de l’histoire ancienne.

Et puis ces quelques jours de repos, ils en ont bien besoin nos espoumonés, ça va te leur faire un drôle de bien, du citron aux crampons, je la vois déjà la prochaine mêlée et j’en connais un qui va le gangasser son record de plongeons, enfin ce n’est que du bon pour les petits bobos, pour reprendre de la voye.

Le plus mariole c’est pour nous les supporters toujours affamés, je crois que le régime ne nous convient pas vraiment, mais tant pis, si tu souffres mon collègue, bois de la tisane de romarin, de la Badoit dépétillée, juste un petit rosé avec quatre moules, tu vas te ramasser une forme fracassante, pense un peu à tout ce qui nous attend, deux matchs compliqués, des quarts, des demis, une finale, et ouais je te vois faire les grands yeux, allez ne disons plus rien, pas d’esbrouffades, demain, les beaux jours peut-être pour un grand jour, il n’y a pas que la planète qui se réchauffe…

Partagez ce sujet