L'Edito de la Semaine Passée...

Sur le bon biaou …

Et nous allons le garder, deux victoires en appellent une troisième, d’accord c’est facile de le dire plus difficile de le faire, mais en ce moment un petit air de renouveau joué sur la mandoline de nos désirs cachés vient se mêler au souffle timide d’un mistral défaillant.

Certains sages à la raison amidonnée vont sûrement penser que je suis reparti doucement dans mon délire préféré, dans un monde de barbalotis qui se promènent dans des rêves prémédités par une passion souvent débordante, par peut-être un appétit de plaisir, de soif de victoires, d’escapades dans le bonnard, oui, ils n’ont parfois pas tort.

Mais alors supporter toulonnais, mon semblable, mon frère, on va les mettre où, ce gaoubi de chez nous, cette manière d’ici, cette chanson d’amour qui nous vient des cigales et qui nous collent au crampon depuis notre premier pastaga, alors tant pis si de temps en temps notre fierté s’estramasse dans un virage vertigineux, dis ce que tu veux, mais boudiou qu’on est bien !

Bon, après ces quelques mots en goguette, l’expédition de samedi en terre béarnaise ne s’annonce pas comme une balade des familles et gastronomique, il va falloir se la digérer la poule au pot de Ritou le charmeur, mais nos destrussis sont avertis, ils emporteront dans l’escarcelle du bicarbonate rotatif.

Fiers chevaliers de l’Ordre de Cuverville, vous pointerez le béret ennemi au bout de votre lance, soyez vaillants, mais quoi qu’il se passe nous vous applaudirons toujours plus fort, lorsque l’on aime on ne compte pas, même les points …
 
PS : certainement qu’une minute de silence, de respect, d’honneur et de tristesse sera observée par l’ensemble du stade, avec nos joueurs et tout le peuple toulonnais.

Partagez ce sujet