L'Edito Dominical...

Minot...
Si peu de lettres pour dire tant de choses,
Un mot tout simple, un rataillon de prose,
Nous le connaissons bien du côté de Besagne,
Ce pays du rugby, ce Mayol de cocagne,
Souvent il nous échappe comme un vrai cri du cœur,
Il est plein de tendresse, de fierté et d’honneur,
C’est un brin de muguet parmi l’herbe sauvage
Qui réveille chez nous un flot de mille images,
C’est la clé d’une porte qui s’ouvre sur nos joies,
C’est nous qui retournons là-bas comme autrefois.
Et ce mot si précieux que l’on dit d’un sourire
Promène dans l’histoire que l’on pourrait écrire
Et lorsqu’il s’agrémente de l’accent de chez nous
Il s’adresse si bien aux petits bouts de chou,
Car ce beau jour de fête malgré le grand fléau
Doit les combler de rire, d’amour et de cadeaux,
Mais ceux-là sont les nôtres et il y en a tant d’autres
Perdus dans leur misère, seul l’oubli les rencontre.
Le moment est bien long et sa fin inconnue,
Il s’en ira bientôt comme il nous est venu.
Demain va se lever tel un soleil d’automne
Et nous crierons hourra à ces femmes, à ces hommes
Qui malgré le danger ont sauvé tant de vies,
Ils furent dans l’enfer un coin de paradis,
Avec eux dans un stade mondial où tout un peuple attend,
Pour nous tous, les anciens, les petits et les grands,
Commençons cette fête du cœur, de Pâques aux Rameaux
Car je crois qu’aujourd’hui ils sont tous nos minots …

(12 avril 2020)

Partagez ce sujet