L'Edito Dominical...

Boudiou que c’est long !

Confinés, déconfinés, je crois plutôt que nous sommes tous déconfis et à force de nous faire avaler des couleuvres il va nous pousser des écailles.

Mais enfin comme tout a une faim, cela ne nous empêchera pas de faire un bon gueuleton et surtout, surtout de ne pas oublier de rire, de plaisanter, de pousser une rengaine ténorisante, de raconter des couillonnades, qu’elles soient vraies ou pantaillées, nous n’allons pas nous faire escagasser par un rataillon de merde que l’on ne voit même pas.

Alors restons fidèles à nos traditions, dans notre coin de Rade radieux tanqué entre les montagnes oubliées souvent par un mistral ingrat qui passe rarement sur les collines d’en bas où le pin qu’il caressait dispute quatre baous à une touffe de romarin.

Il faut le dire, le fanion qui ferme un œil attristé sur le buffet de la cuisine, notre démon rouge et noir, notre fierté qui attend toute seule sur un assetti de Mayol, tous ils n’en peuvent plus, ils cavalent le long de la touche encore plus vite que mon cousin derrière sa voisine, mais ils vont se le rattraper bientôt ce temps perdu, ces matchs pleins de promesses, ces titres qui nous faisaient de grands sourires, heureusement cette mésaventure sera balancée dans la poubelle qu’elle n’aurait jamais du quitter.

Ça gangasse aussi du côté des minots, notre RCT avec les crampons ficelés, cela n’était jamais arrivé, oui, le colosse, le géant, le monstre enchanté de nos rêves, notre père à tous, notre frère, notre petit, notre ami, notre idole enfermée dans les vestiaires, c’est une blague ?

Assied-toi, respire un bon coup et imagine l’instant grandiose du prochain match, imagine un peuple debout qui hurle sa joie devant un bonheur retrouvé, je crois que nous l’attendons tellement cet événement, cette renaissance, cette explosion, que nous y sommes déjà, vé, notre paquet il vient d’enfoncer l’ennemi, qu’il est beau cet essai !

Supporter toulonnais surtout ne change rien, reste fou, gaga, délirant, accroché à ta passion, parce que nous serons toujours de la raille de Besagne, parce que de notre RCT on en parle le matin et on en rêve le soir.

Parce que Toulon !!!
 
PS : la paëlla de Gérald chez Manu, non, pas notre président, Manu le vice président chez Vival à la Moutonne, c’est coucarin de bon, à refaire …


 
(10/05/2020)

Partagez ce sujet