L'Edito Dominical...

‌‌Et oui monsieur Garcès …

Saint Etienne, le souvenir d’une erreur énorme, d’une injustice flagrante, d’un cauchemar pour tout le peuple rouge et noir, le vol d’une demie finale et sûrement d’un bouclier qui nous faisait du charme.

Alors que les toulonnais sur le terrain levaient les bras au ciel, alors qu’ils demandaient l’arbitrage vidéo, vous accordiez l’essai monsieur Garcès, un essai entaché d’un en-avant criard devant un arbitre de touche complice de l’arnaque, c’est facile de regretter, c’est facile de se désoler tant d’années après l’usurpation, des milliers de voix s’élevaient mais rien n’a influencé la perfide décision, alors monsieur nous restons grands seigneurs et acceptons vos excuses, mieux vaut tard que se taire.

Pendant que nous y sommes, rappelons nous quelques matchs où certaines interprétations farfelues, encore à nos dépens, nous ont couté très cher.

Et oui monsieur Owens, il était bien beau ce quart de finale contre le Munster et vous l’avez sali, mais le remord ne vous a pas rencontré, la conscience et l’honneur ne prennent pas toujours le thé ensemble, mais oublions tout cela.

Cependant malgré toutes ces câlineries la légende continuait à s’écrire, notre RCT, ce géant aux muscles humides qui un jour amena la tempête sur la Rade, poursuit son chemin vers un destin fabuleux qui après avoir franchi le Faron s’élance vers des sommets convoités bientôt enneigés par un manteau de muguet.

Mais non, ce n’est pas un coup de blues, mais de temps en temps un simple coup d’œil sur le passé, ça ne fait de mal à dégun, il y a des événements que l’on doit se planquer dans un coin du citron et les raconter parfois, je me les suis déconfinés à l’occasion et si tu ne t’en rappelle pas, mange des queues de gavarons, c’est bon pour la mémoire.

Bon, la voye, elle est en train de rappliquer et lorsque l’on recommence à faire le pétard, bonne maison, nous avions mis à l’abri notre gaoubi inimitable, nos estoupinades débordantes, nous avions le bati estransinant et nos couleurs préférées avaient perdu leur éclat habituel, mais ça y est, tchilin tchilin, il se radine le délire, elle se pointe la folie, elle s’enrage la passion, le printemps va sûrement rattraper son retard, à force de trainasser il va falloir qu’il s’enfile les crampons d’un trois-quart aile.

Voilà, continue tout de même à faire gaffe et met le masque selon les moments, c’est parfois une sage précaution.

Maintenant il est vrai que quelques-uns le portent depuis bien longtemps, vé à quoi tu penses ?

La Ligue, la DNACG, ne me prête pas un esprit malin, quoique …

Pour retrouver une vieille tradition de chez nous, je m’en sers un, un gros bien jaune, un demi sans mousse avec un iceberg des tropiques pour qu’il fonde plus vite, allez à la santé, la vraie, celle de nos minots, celle de nous tous et zou même des autres, demain Mayol, plus fort qu’un rêve …

(17 mai 2020)

Partagez ce sujet