L'Edito du Week-end...

De la joie, un peu de tristesse …

Quelle fiesta, près de mille aficionados, presque autant de gagnants, décidemment le loto des Z’ACRAU est un véritable événement dans la vie de notre club.

Et tout cela s’explique facilement, une bande de volontaires qui ne ménagent jamais leur peine, une équipe à l’image de son président, obligé que ça pète des flammes.

Et puis il faut faire un grand bravo à nos généreux partenaires, disons le, ils nous filent un sacré coup de main, ils participent à ce succès attendu qui est devenu chez nous une habitude, à cette renommée qui promène dans toute la basse Provence.

Voilà, une soirée inoubliable à la saveur d’un élixir toulonnais, la fameuse bière de la Rade, une soirée qui a une nouvelle fois renforcé cette sympathie, cette manière de festoyer dans l’amitié, allez zou, que c’est bonnard chez lez Z’ACRAU.

Dommage que pour contrarier ces bons moments, nos petits tricolores se soient fait gangasser par des brishtanics revanchards, bon, sur le match ils sont meilleurs que nous, nous sommes battus sur les mêlées, l’entame était compliquée, tant pis pour le résultat, tant mieux pour la leçon, ce n’était peut-être pas le bon jour mais nous connaissons leur talent, il est énorme, pas de mouron pour demain.

Et oui, les nôtres, nos bambins bleus blancs rouges et noirs, un plaisir de les voir jouer et ce n’est qu’un commencement, alors à bientôt, à tout de suite …

Une autre mauvaise surprise nous attendait, les petites, si bonnes d’habitude nos championnes, dominées dans les grandes largeurs par les girls, je n’en reviens toujours pas.

Je suis persuadé que ce n’est qu’un faux pas, nous connaissons la valeur de nos demoiselles, elles gardent toute notre confiance, nous en reparlerons dans peu de temps.

Et alors là, que penser, qu’expliquer, le coq national plumé, passé à la broche, dévoré par le vautour anglais, quelle aventure !

Honnêtement, nous étions un paquet à craindre une défaite mais pas une correction de cette sorte, c’est dur pour demain, pour plus tard.

Mais il serait absurde et sournois de hurler avec les loups, sûrement que dans la nuée de critiques, de constatations, de conseils qui vont apparaître, certains auront raison, les pompiers ne manqueront pas pour éteindre le feu dans les vestiaires tricolores, je crois que les causes de tout cela était déjà connues.

Plus de cent points encaissés en trois matchs, encore une leçon de rugby, oui, souhaitons vivement qu’elle nous soit profitable.

Peut-être des jeunes, plus de jeunes, encore des jeunes …

Allez, on retourne vite aux Z’ACRAU, dans cette ambiance pas encore oubliée, vite à Mayol où notre passion s’impatiente …
 

Partagez ce sujet